De Marseille à Tuktoyaktuk

De Marseille à Tuktoyaktuk- [23/30] : « Inuvik est une ville de moins de quatre mille habitants à majorité inuite, qui se trouve à l’extrême nord des TNO, au nord du cercle polaire : 68°21’ nord, 133°43’ ouest, dans l’embouchure du fleuve Mackenzie. Il y a bien une petite communauté musulmane dans Inuvik. Elle regroupe moins de cent personnes. Pour prier, ses membres se rassemblaient dans une vieille caravane de vingt mètres carrés. Les musulmans d’Inuvik ont acheté un terrain dans un quartier de la ville, mais n’ayant pas les moyens nécessaires pour faire aboutir leur projet – la construction d’une mosquée – ils ont fait appel à la générosité d’associations » confirme Céline. « Nous savons cela, car nous avons été nous-mêmes contactés depuis le début par l’Association des musulmans d’Inuvik, il y a de cela deux ans » dit Carrie. Céline ouvre un magazine local à la page qui relate l’expédition de la mosquée. Elle le tend à Véro. L’article est agrémenté de quatre photos montrant le bâtiment sur une semi-remorque pour la première, sur une barge pour la deuxième. Les deux autres photos montrent la mosquée le jour de son inauguration. Un autre article, du Mail Online, titre « The mosque at the top of the world. »  Ces textes et les photos, mais aussi la perspective de fouler personnellement les tapis de la mosquée d’Inuvik, soulagent et remplissent de joie les Marseillais. Céline leur demandent s’ils ont tourné dans Yellowknife. « Oui, nous sommes allés dans la vieille ville, mais nous n’avons pas pu entrer dans le fameux ‘‘WildCat’’ fermé pour cause de travaux, on a assisté à un spectacle de Craig Cardif, on a visité l’Assemblée législative, c’est magnifique, j’ai même mimé un député en action, nous nous sommes rendus dans deux ou trois villages Inuits ». 

Au moment de quitter l’Association franco-yukonnaise, Carrie leur propose de prendre un verre à 18 h 30 au Jarvis, il se trouve sur la Jarvis street la deuxième rue en sortant d’ici à gauche. Elle leur montre sur la carte l’emplacement du pub et leur donne des prospectus dont certaines adresses pourraient les occuper jusqu’à l’heure du rendez-vous. 

Véro et Omar font un tour dans la ville malgré la pluie qui ne veut cesser. Ils reviennent vers la rivière Yukon, se prennent en photo devant le Klondike, fameux bateau à vapeur qui emmenait les aventuriers de tous bords à Dawson City pendant la période de la ruée vers l’or. Ils découvrent d’autres lieux que leur ont suggérés Céline et Carrie comme le Mac Bride Museum ou le petit train aux couleurs criardes jaune fleur de soufre et blanc albâtre. Le grand parc ouvert qui longe la Yukon river est peuplé d’animaux tels que caribous, ours, chèvres de montagne … À ce propos, ils n’eurent pas – heureusement – à utiliser le vaporisateur chasse-ours que leur avait vivement conseillé Karin. « Prenez le Bear guard on ne sait jamais » leur avait-elle dit. Dans le parc, des points de vue aménagés permettent d’apprécier l’étendue et la beauté de l’espace environnant. Un buste de Jack London porte une inscription qui commence ainsi : « In the summer of 1897, at the age of 21, Jack London camped in the Whitehorse area after running miles canyon and the Whitehorse rapids… »

___________________

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
13 + 10 =