À propos de « Le pays qui ne s’aime pas » – de K. Daoud

À propos de « Le pays qui ne s’aime pas » de Kamel Daoud (in Le Point du 14 juin 2022)
Il y a eu « Valeurs actuelles » avec ce titre abject : « La mafia Mélenchon » (16 juin), et simultanément ce contenu inacceptable de Daoud dans Le Point : « Jean-Luc Mélenchon laissera derrière lui un pays clivé, qu’il a voulu divisé et remonté contre les siens. »  (Le Point 14 juin) L’invective et l’indécence sont communes aux deux titres. « Le Point », comme « Valeurs actuelles » et d’autres, paniquent à l’idée qu’une force conséquente de gauche de rupture prenne d’assaut l’Assemblée nationale. Alors avec fébrilité on cogne sans règles, on dévoile ses fantasmes et convoque le vil en suggérant que Mélenchon est à la lisière de la démocratie et cette allusion au « juste possible » de Kamel Daoud est juste honteuse. « L’Élysée est envahi… un homme grimé en Viking y pose dans le salon doré… » Les patrons de Le Point paniquent et instruisent un libelle contre le représentant de ce bloc qui fait trembler dans les hauts salons, contre « le Maghrébin-Européen » (on est habitués). Et qui mieux qu’un frais Franco-Maghrébin bien arrivé et bien arrimé découvrant tous les bienfaits des grands salons (Allah issahhel) pour encorner cet empêcheur de tourner en rond ? On peut ne pas partager le programme de la Nupès et de Mélenchon, mais avec décence, avec des chiffres et dire clairement pour qui et pour quoi et de quelle position on roule n’est-ce pas ? (relire Bourdieu) L’insoumis n’est pas fabriqué par un « sentiment » monsieur Kamel Daoud (auriez-vous oublié ce que misère signifie dès lors que désormais vous avez franchi le portillon des jets et des Ritz ? (les lieux pardi !)
Vous écrivez que « la colère semble parfois juste ». « Semble », « parfois ». C’est indécent. Vous, par contre, vous ne semblez pas connaître les sous-sols et les caves de ce pays. Ou plutôt si, vous les connaissez, vous en avez entendu parler, mais vous ne voulez pas les voir. Je vous l’accorde, on ne peut comparer à d’autres situations, lointaines, plus graves comme au Bangladesh ou dans certaines contrées d’Afrique noire évidemment. Mais lorsque vous écrivez que la colère est disproportionnée au vu de la qualité de vie » (qualité !) vous vous mettez le gros doigt dans l’œil ce qui vous empêche de voir l’indécence des riches qui empochent l’équivalent d’un pavillon de Rambouillet, de Neuilly ou de la Celle Saint-Cloud tous les trimestres par la grâce d’une politique que vous défendez puisque vous avez appelé clairement à voter Macron celui-là même qui participe au plus fort à la destruction des acquis sociaux (ne vous en déplaise). Et je suis loin de toute caricature vous le savez. Je comprends que vous défendiez votre nouvelle classe et que les classes moyennes-inférieures et basses qui souhaitent un changement radical et pacifique vous irritent. Je le comprends. Mais ne dites pas qu’elles ou leurs représentants sont haineux. Non monsieur, ils ne sont pas haineux. Monsieur Daoud, soyez élégant, ne perdez pas vous non plus votre sang-froid. Et puis il ne suffit pas de crier « populiste, populiste ! » pour que la péjoration et le discrédit fonctionnent et ainsi clore l’affaire. Interrogez cette notion dans ses profondeurs historiques sans omettre le mépris de classe s’il vous plaît !
Vous aurez tout le temps de vous installer dans la durée en France, et tout le temps pour éclabousser de gadoue vos (futurs ?) Berluti. Je n’ai rien contre vous, monsieur Daoud, j’apprécie nombre de vos écrits et même beaucoup pour être franc (je vous l’ai dit lors du dernier Sila chez Barzakh). Mais lorsque vous défendez ce qui de mon point de vue ne peut l’être, alors je vous le dis aussi. Et puis, choisissez les bons termes pour accompagner votre arrogance (ce n’en est pas ?) ou la honte cachée. N’écrivez pas « les lèvres retroussées de Mélenchon et de ses jumeaux » écrivez au Point où vous en êtes, écrivez « leurs babines » ce serait plus clair. Ce serait moins honteux. Et cela dirait plus de vous. C’est d’ailleurs ainsi que vos coqueluches parlent des classes populaires et de leurs représentants (« les babines des sans dents »). Et puis, interrogez-vous sur les raisons qui font que leurs visages sont « ravagés », qu’ils ne sont ni « calmes », ni sereins. Leur haine est « formidable et sans mesure » écrivez-vous sans rougir (j’en suis persuadé) alors qu’il s’agit du b et a ba du politique, qu’il s’agit de la « haine formidable et sans mesure » (expliquées dans des programmes clairs et chiffrés que vous pouvez vous procurer, lire et analyser à l’ombre d’un yacht de Gernelle ou FOG à Saint-trop en ces temps de canicule) des politiques néolibérales qui entraînent toutes ces marginalisations faites à des millions de Français. Je vous conseille de vous approprier les constats de l’Observatoire des inégalités en France élaborés par des gens qui ne sont ni des extrêmises, ni des gauchos d’Amérique latine. Ces réalités bien françaises ne semblent pas vous alerter, puis que vous ne leur postillonnez jamais dessus comme vous le faites à la hussarde sur les dirigeants de la NUPÈS (sans que, à deux jours de l’élection, ils puissent vous répondre ) et puisque vous n’en soufflez jamais mot (ou si rarement), mais bien au contraire. Prenons un des exemples les plus frappants de « réussite » grâce au libéralisme, le Qatar. Vous en êtes un admirateur, « un pays où l’on peut dire les choses, où les droits de la femme sont les plus respectés dans cette région du monde » (Le Quotidien d’Oran, 4.12.2010) ( vous avez bien lu « les plus respectés », pas les moins violentés, nuance). 
Allons, allons cher ami, ressaisissez-vous.
Ahmed Hanifi, 
Marseille, le 18 juin 2022

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
24 − 6 =