Tebboune répond à des questions…à des questions…

Abdelmadjid Tebboune répond aux questions de l’hebdomadaire français « Le Point »

Précisément aux deux journalistes algériens: Adlène Meddi et Kamel Daoud, chroniqueurs à l’hebdo cité.


Comment expliquer ces questions banales, neutres, blanches, lénifiantes parfois de quelqu’un (je ne connais pas le second) réputé très audacieux, secoueur des mythes, empêcheur de jouer en eaux calmes et de tourner en rond, etc., etc

Il n’a rien secoué du tout ! était-il malade? pas à l’aise? Souhait-il, enfin, je veux dire…

« Mais, me diriez-vous, comment voulez-vous (tenter d’) adoucir le regard que porte le français-moyen-lecteur-d’un-canard-de-droite (propriété des milliardaires Pinault), sur nous, sur nos dirigeants et notre nouvelle stabilité désormais ? » Car en effet, le lecteur-cible de ce papier est français. seul lui importe. 

D’accord, d’accord, mais comme les journalistes sont Algériens et qu’ils écrivent (aussi) habituellement pour des médias algériens, et que le contenu nous concerne par l’émetteur, alors j’ai lu (merci à A.T.) l’article du journal français et vous donne spontanément mon point de vue.

Les deux journalistes du Point ont posé 33 questions en sus d’une présentation à fleur de poésie et un portrait d’où rien ne dégouline. Du sur-mesure. « ‘‘Vous avez trop de questions’’, commente, tout sourire, Abdelmadjid Tebboune en invitant à prendre le café. » C’est joliment écrit. La dernière question, la 33°, relève de l’ordre médical et même du traitement :  « Comment être heureux en Algérie bon sang docteur ? » « Regardez Sisyphe dit l’autre…, trimez, votez et recommencez ! » (je n’ajouterais pas le gros mot qui fut celui de Léo Ferré dans les seventie’s: « Votez connards! » Non je ne l’ajouterai pas.

Restent 32 questions, 15 concernent les relations avec divers pays et surtout avec la France (10 questions), et 17 qui concernent l’Algérie, les Algériens, leurs dirigeants…

L’état d’esprit du président, son état physique, sa traversée du désert… Lui, attaque en règle les manifestations et cite Corneille, oui monsieur ! « Qui t’a rendu si vain/Toi qu’on n’a jamais vu les armes à la main ». Acte 2, scène 2. Nos deux journalistes n’ont pas demandé au président s’il comptait aller jusqu’au 5° acte comme pour le Cid. Enfin si, ils ont balbutié, « pensez-vous avoir besoin d’un second mandat ? » Réponse : « Très honnêtement, je n’y pense pas. » Ils avalent. Et on continue. Le Point baisse la tête, ne relève pas l’outrage contre les marcheurs. Déjà 4 questions. On continue. La libération des détenus « pourquoi ce raidissement aujourd’hui ? » (là par contre j’applaudis), pourquoi Rachad et le MAK… les élections du 12 juin, l’arrestation du journaliste de Liberté… C’est là aussi une bonne question sauf que le président dans sa réponse piétine allègrement la présomption d’innocence « Il a joué au pyromane » dit-il à propos du journaliste enfermé qui n’a fait que son métier (je vois d’ici la tête des lecteurs français à qui on ne la fait pas, on ne plaisante pas « ici » avec les choses graves… mais bons, des Algériens…) Les journalistes passent à une autre question (la 9°) sur le Parlement…le retour aux années 90… Voilà une autre bonne question : « Parler de l’Algérie, c’est évoquer le poids de l’armée et des services de renseignement… » (j’applaudis chaudement). Les journalistes ne savaient pas que l’armée (et les services…) ne font plus de politique depuis 1988 ? Hé bé le président le leur rappelle. Les deux compagnons avaient oublié. Ils se grattent mutuellement le crâne à tour de rôle et passent à autre chose : « comment rassurer les patrons ? » On respire ! Oui comment rassurer le Medef algérien, pour tranquilliser son vis-à-vis ? (les Pinault par exemple) « Un partenaire étranger peut-il gagner de l’argent en Algérie ? » que c’est mignon !

Je ne vous raconte pas le reste, suis fatigué. N’oublions pas que la cible du papier est le « français-moyen-lecteur-d’un-canard-de-droite (propriété des milliardaires Pinault).

Quant à moi, je vais feuilleter La Comédie française de Sapin. C’est plus hilarant, plus sincèrement hilarant.

NB: il nous faut préciser que K.D est partisan de la participation au vote du 12 juin. Il l’a clairement exprimé et répété.

_______

L’ARTICLE DU JOURNAL LE POINT EST EN PAGE SUIVANTE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
28 ⁄ 14 =