Amanda Gorman

La jeune poétesse Amanda Gorman (22 ans) lors de la cérémonie 

d’investiture de Joe Boden, 46° président des États-Unis, 

le mercredi 20 janvier 2021 _ Elle lit un poème qu’elle a écrit pour la circonstance :

The Hill We Climb.

Nous l’avons tous vue, entendue, hier.

____________________________________________

.

.

CLIQUER ICI POUR ÉCOUTER, VOIR, AMANDA GORMAN. (VIDÉO)

.

.

___________________________________________

www.franceculture.fr

Amanda Gorman, plus jeune poétesse jamais invitée à une cérémonie d’investiture dans l’histoire des États-Unis

20/01/2021 – Par Maïwenn Bordon 

Amanda Gorman, 22 ans, été choisie pour composer et réciter un poème sur l’unité nationale lors de la cérémonie d’investiture de Joe Biden à la présidence des États-Unis, ce mercredi 20 janvier. C’est la plus jeune poétesse jamais invitée à cette cérémonie dans l’histoire du pays. 

« When day comes we ask ourselves, / where can we find light in this never-ending shade? / The loss we carry, / a sea we must wade » : c’est par ces mots que commence le poème lu par Amanda Gorman, la plus jeune poétesse jamais invitée à une cérémonie d’investiture dans l’histoire des États-Unis. Originaire de Los Angeles, elle a été choisie par Joe Biden pour composer et réciter un poème lors de sa prise de fonction à la Maison Blanche, ce mercredi 20 janvier. Selon la presse américaine, la Première Dame, Jill Biden, apprécie beaucoup le travail de cette poétesse de 22 ans, originaire de Los Angeles, et a convaincu le comité chargé de la cérémonie d’investiture de la choisir. Cette tradition démocrate du poète inaugural remonte à l’investiture du président John Fitzgerald Kennedy : le 20 janvier 1961, le poète Robert Frost avait alors récité The Gift Outright. En 2009, Barack Obama avait par exemple choisi Elizabeth Alexander, qui avait récité Praise Song for the Day pour sa première cérémonie d’investiture. Le poème lu par Amanda Gorman pour l’investiture du 46e président des États-Unis, est intitulé The Hill We Climb (La colline que nous gravissons), et aborde le thème de l’unité nationale.

Un poème sur l’unité nationale

Selon le New York Times, le comité d’organisation de la cérémonie d’investiture de Joe Biden a contacté Amanda Gorman à la fin du mois dernier. Elle a appris à ce moment-là que Jill Biden avait vu, à la Bibliothèque du Congrès en 2017, une lecture de son poème In This Place : An American Lyric, dans lequel la jeune poétesse condamne la marche raciste de Charlottesville en Virginie. La future Première Dame avait alors suggéré que la poétesse lise un poème lors de l’investiture. Aucune consigne ne lui a été donnée, mais elle a été encouragée à insister sur l’unité et l’espoir. « Gorman a commencé le processus, comme elle le fait toujours, avec des recherches. _Elle s’est inspirée des discours des leaders américains qui ont essayé de rassembler les citoyens pendant des périodes de division intense_, comme Abraham Lincoln et Martin Luther King. Elle a également parlé à deux des précédents « poètes inauguraux », (Richard) Blanco et (Elizabeth) Alexander« , affirme le New York Times.

Le poème d’Amanda Gorman fait référence au quartier de Washington, Capitol Hill, où se situe le siège du Congrès américain. Selon le New York Times, la poétesse de 22 ans était arrivée environ à la moitié de son poème lors que les militants pro-Trump ont envahi le Capitole : elle est restée éveillée cette nuit-là et a ajouté des vers au poème pour décrire ces scènes apocalyptiques qui ont ébranlé les États-Unis. 

“We’ve seen a force that would shatter our nation rather than share it / Would destroy our country if it meant delaying democracy / And this effort very nearly succeeded / But while democracy can be periodically delayed, / It can never be permanently defeated / In this truth, in this faith we trust. 

Nous avons vu une force qui détruirait notre nation plutôt que de la partager / Détruirait notre pays si cela veut dire retarder la démocratie / Et cet effort était à deux doigts de réussir / Mais pendant que la démocratie peut être ponctuellement retardée / Elle ne peut être vaincue de façon définitive / Nous croyons en cette vérité, en cette foi », écrit Amanda Gorman dans cet extrait du poème dévoilé par le New York Times, avant l’investiture. »

Dans The Hill We Climb, Amanda Gorman évoque son parcours, qui fait écho à celui de Kamala Harris, devenue la première femme à accéder au poste de vice-présidente des États-Unis. « We the successors of a country and a time / Where a skinny Black girl / descended from slaves and raised by a single mother / can dream of becoming president / only to find herself reciting for one (Nous les héritiers d’un pays et d’une époque / où une fille noire maigre / descendante des esclaves et élevée par une mère célibataire / peut rêver de devenir présidente / seulement parce qu’elle se retrouve à réciter pour l’un d’eux)« , a déclaré Amanda Gorman à travers son poème.

Contrairement à ses prédécesseurs, la jeune poétesse a dû relever un défi de taille : composer un poème qui appelle à l’unité et à l’espoir, alors que les Américains sont plus divisés que jamais au sortir de la présidence de Donald Trump. Son poème reflète donc cette Amérique « en désordre« . « Je dois reconnaître cela dans le poème. Je ne peux pas l’ignorer ou l’effacer. Et donc, j’ai élaboré un poème inaugural qui reconnaît ces cicatrices et ces blessures. J’espère qu’il nous fera progresser vers leur guérison« , a confié Amanda Gorman au Los Angeles Times. 

Selon le journal Los Angeles Times, la jeune poétesse a écouté de la musique pour l’aider à composer son poème et avoir un « état d’esprit historique et épique« , avec notamment les bandes originales des séries The Crown, Lincoln, Darkest Hour et Hamilton. Lors de la cérémonie d’investiture, Amanda Gorman a lu son poème pendant six minutes, d’une voix assurée alors qu’elle savait que des millions d’Américains avaient les yeux rivés sur elle et son message. 

« We are striving to forge a union with purpose / To compose a country committed to all cultures, colors, characters and / conditions of man / And so we lift our gazes not to what / stands between us / but what stands before us / We close the divide because we know, to put our future first, / we must first put our differences aside / We lay down our arms / so we can reach out our arms / to one another (Nous nous battons pour forger une union avec un but / Pour composer un pays engagé dans toutes les cultures, couleurs, personnages et / conditions de l’homme / Et nous levons nos regards non pas vers / ce qui se tient entre nous / mais vers ce qui se tient face à nous / Nous mettons fin au clivage parce que nous savons, mettre notre futur en premier, / nous devons mettre nos différences de côté / Nous déposons nos armes / pour atteindre nos bras / et en former un autre », invite Amanda Gorman dans The Hill We Climb.

Une étoile montante de la poésie 

Amanda Gorman est tombée amoureuse des mots et de la poésie quand elle était petite. Elle grandit à Los Angeles, élevée avec sa soeur jumelle par sa mère célibataire, qui enseigne l’anglais au collège. Elle écrit dans des journaux dans la cour de récréation. À l’âge de 16 ans, elle remporte le concours des jeunes poètes de Los Angeles. En 2017, alors qu’elle étudie la sociologie à l’université d’Harvard, elle devient lauréate du premier concours national des jeunes poètes : c’est la première personne à détenir ce titre.

Depuis cette période, Amanda Gorman a acquis une certaine notoriété et a été conviée par des personnalités comme Lin-Manuel Miranda, Al Gore ou encore Hillary Clinton. Elle a également récité des poèmes lors des célébrations du Jour de l’Indépendance ou lors de l’investiture du nouveau président de l’université d’Harvard en octobre 2018. 

Amanda Gorman est une poétesse militante, qui s’inspire de la société américaine. Elle a par exemple composé We the People pour décrire le choc qu’elle a ressenti après l’élection de Donald Trump. Elle a écrit We Rise, en écoutant le témoignage de Christine Blasey Ford, la psychologue qui a accusé Brett Kavanaugh d’agression sexuelle, alors qu’il était candidat à la Cour suprême des États-Unis. L’année dernière, elle s’est inspirée de la crise sanitaire pour écrire The Miracle of Morning, poème dans lequel elle tente d’insuffler de l’espoir : « In this chaos, we will discover clarity. / In suffering, we must find solidarity (Dans ce chaos, nous découvrirons la clarté / Dans la souffrance, nous trouverons la solidarité) ».

En février 2020, la poétesse a été sollicitée par Nike pour rédiger une tribune en faveur des athlètes noirs.

Consciente du succès des messages qu’elle véhicule dans ses poèmes, Amanda Gorman a déjà beaucoup d’ambition. Dans une interview au New York Times en 2017, elle ne cachait d’ailleurs pas qu’elle avait la Maison Blanche dans le viseur. « C’est un objectif très lointain, mais en 2036, je présenterai ma candidature pour devenir présidente des États-Unis« , affirmait la poétesse. Avant d’ajouter, à l’intention du journaliste : « Vous pouvez ajouter cela à votre calendrier iCloud« .


Attention: traduction olé olé… si la vôtre est meilleure, n’hésitez pas à me la communiquer…

The Hill We Climb

La colline que nous escaladons

When day comes we ask ourselves,

Quand le jour vient nous nous demandons,

where can we find light in this never-ending shade?

où trouver la lumière dans cette teinte sans fin?

The loss we carry,

La perte que nous portons,

a sea we must wade

une mer qu'il faut patauger

We’ve braved the belly of the beast

Nous avons bravé le ventre de la bête

We’ve learned that quiet isn’t always peace

Nous avons appris que le calme n'est pas toujours la paix

And the norms and notions

Et les normes et notions

of what just is

de ce qui est juste

Isn’t always just-ice

N'est pas toujours juste de la glace

—-

And yet the dawn is ours

Et pourtant l'aube est à nous

before we knew it

avant de le savoir

Somehow we do it

D'une manière ou d'une autre, nous le faisons

Somehow we’ve weathered and witnessed

D'une certaine manière, nous avons résisté et été témoins

a nation that isn’t broken

une nation qui n'est pas brisée

but simply unfinished

mais simplement inachevée

We the successors of a country and a time

Nous les successeurs d'un pays et d'un temps

Where a skinny Black girl

Où une fille noire maigre

descended from slaves and raised by a single mother

descendant d'esclaves et élevée par une mère célibataire

can dream of becoming president

peut rêver de devenir présidente

only to find herself reciting for one

seulement pour se retrouver à réciter pour quelqu’un

And yes we are far from polished

Et oui on est loin d'être poli

far from pristine

loin d'être vierge

but that doesn’t mean we are

mais cela ne veut pas dire que nous nous

striving to form a union that is perfect

efforçons de former une union parfaite

We are striving to forge a union with purpose

Nous nous efforçons de forger une union avec un but

To compose a country committed to all cultures, colors, characters and

Pour composer un pays engagé pour toutes les cultures, couleurs, personnages et

conditions of man 

conditions de l'homme

And so we lift our gazes not to what stands between us

Et donc nous levons nos regards pas vers ce qui se tient entre nous

but what stands before us

mais ce qui nous attend

We close the divide because we know, to put our future first,

Nous fermons le fossé parce que nous savons, pour mettre notre avenir en premier,

we must first put our differences aside

nous devons d'abord mettre nos différences de côté

We lay down our arms

Nous déposons nos armes

so we can reach out our arms

pour que nous puissions tendre les bras
 

to one another

à un autre

We seek harm to none and harmony for all

Nous ne cherchons le mal à personne et l'harmonie pour tous

Let the globe, if nothing else, say this is true:

Laissons le globe, à tout le moins, dire que c'est vrai:

That even as we grieved, we grew

Que même en pleurant, nous avons grandi

That even as we hurt, we hoped

Que même si nous souffrions, nous espérions

That even as we tired, we tried

Que même si nous étions fatigués, nous avons essayé

That we’ll forever be tied together, victorious

Que nous serons à jamais liés ensemble, victorieux

Not because we will never again know defeat

Pas parce que nous ne connaîtrons plus jamais la défaite

but because we will never again sow division

mais parce que nous ne sèmerons plus jamais la division
  

Scripture tells us to envision

L'Écriture nous dit d'envisager

that everyone shall sit under their own vine and fig tree

que chacun s'assoit sous sa vigne et son figuier

And no one shall make them afraid

Et personne ne leur fera peur

If we’re to live up to our own time

Si nous voulons vivre à la hauteur de notre temps

Then victory won’t lie in the blade

Alors la victoire ne sera pas dans la lame
 

But in all the bridges we’ve made

Mais dans tous les ponts que nous avons créés

That is the promised glade

C'est la clairière promise

The hill we climb

La colline que nous gravissons

If only we dare

Si seulement nous osons

It’s because being American is more than a pride we inherit,

C'est parce qu'être américain est plus qu'une fierté dont nous héritons,

it’s the past we step into

c'est le passé dans lequel nous entrons

and how we repair it

et comment nous le réparons

We’ve seen a force that would shatter our nation

Nous avons vu une force qui briserait notre nation

rather than share it

plutôt que de le partager

Would destroy our country if it meant delaying democracy

Détruirait notre pays si cela signifiait retarder la démocratie

And this effort very nearly succeeded

Et cet effort a presque réussi

But while democracy can be periodically delayed

Mais alors que la démocratie peut être périodiquement retardée

it can never be permanently defeated

elle ne peut jamais être vaincue définitivement

In this truth

Dans cette vérité

in this faith we trust

dans cette foi nous avons confiance

For while we have our eyes on the future

Pendant que nous avons les yeux sur l'avenir

history has its eyes on us

 
l'histoire nous regarde

This is the era of just redemption

C'est l'ère de la juste rédemption

We feared at its inception

On craignait à sa création

We did not feel prepared to be the heirs

Nous ne nous sentions pas prêts à être les héritiers

of such a terrifying hour

d'une heure si terrifiante

but within it we found the power

mais en elle nous avons trouvé le pouvoir

to author a new chapter

pour rédiger un nouveau chapitre
 

To offer hope and laughter to ourselves

Pour s'offrir de l'espoir et du rire

So while once we asked,

Alors une fois que nous avons demandé,

how could we possibly prevail over catastrophe?

comment pourrions-nous vaincre la catastrophe?

Now we assert

Maintenant nous affirmons

How could catastrophe possibly prevail over us?

Comment la catastrophe pourrait-elle prévaloir sur nous?

We will not march back to what was

Nous ne retournerons pas à ce qui était

but move to what shall be

mais passer à ce qui sera

A country that is bruised but whole,

Un pays meurtri mais entier,

benevolent but bold,

bienveillant mais audacieux,
 

fierce and free

féroce et libre

We will not be turned around

Nous ne serons pas retournés

or interrupted by intimidation

ou interrompus par l'intimidation

because we know our inaction and inertia

parce que nous connaissons notre inaction et notre inertie

will be the inheritance of the next generation

sera l'héritage de la prochaine génération

Our blunders become their burdens

Nos maladresses deviennent leurs fardeaux

But one thing is certain:

Mais une chose est certaine:

If we merge mercy with might,

Si nous fusionnons la miséricorde avec la puissance,

and might with right,

et pourrait avec le droit,

then love becomes our legacy

alors l'amour deviendrait notre héritage

and change our children’s birthright

et changer le droit de naissance de nos enfants

So let us leave behind a country

Alors laissons derrière nous un pays

better than the one we were left with

mieux que celui qui nous reste

Every breath from my bronze-pounded chest,

Chaque souffle de ma poitrine martelée de bronze,

we will raise this wounded world into a wondrous one

nous élèverons ce monde blessé en un monde merveilleux
 

We will rise from the gold-limbed hills of the west,

Nous nous élèverons des collines dorées de l'ouest,

we will rise from the windswept northeast

nous nous élèverons du nord-est balayé par les vents

where our forefathers first realized revolution

où nos ancêtres ont réalisé la première révolution

We will rise from the lake-rimmed cities of the midwestern states,

Nous nous élèverons des villes bordées de lacs des États du Midwest,

we will rise from the sunbaked south

nous nous lèverons du sud ensoleillé
 

We will rebuild, reconcile and recover

Nous reconstruirons, réconcilierons et récupérerons

and every known nook of our nation and

et chaque recoin connu de notre nation et

every corner called our country,

chaque coin a appelé notre pays,

our people diverse and beautiful will emerge,

notre peuple diversifié et beau émergera,

battered and beautiful

battue et belle

When day comes we step out of the shade,

Quand le jour vient nous sortons de l'ombre,

aflame and unafraid

enflammé et sans peur

The new dawn blooms as we free it

La nouvelle aube fleurit alors que nous la libérons

For there is always light,

Car il y a toujours de la lumière,

if only we’re brave enough to see it

si seulement nous sommes assez courageux pour le voir

If only we’re brave enough to be it

Si seulement nous sommes assez courageux pour l'être

www.lyricstranslate-com

____________________________________________

En tête des ventes de livres, acclamée par Obama : la poétesse Amanda Gorman captive les Etats-Unis

Ses ouvrages ne sont pas encore sortis qu’ils atteignent déjà des records de vente. A 22 ans seulement, cette jeune femme originaire de Los Angeles a déjà été plébiscitée par Oprah Winfrey, Hilary Clinton, Malala et Barack Obama.

Par L’Obs avec AFP

Publié le 22 janvier 2021 

Records de vente, couronnes de lauriers : les Etats-Unis se passionnent pour la jeune poétesse noire Amanda Gorman depuis sa prestation très remarquée à la cérémonie d’investiture de Joe Biden.

Trois de ses ouvrages – un recueil de poèmes, un livre pour enfants et une édition spéciale des vers déclamés pour le nouveau président américain – étaient ce vendredi 22 janvier en tête des ventes de livres sur Amazon.

 Pourtant aucun n’est encore publié : ils ne sortiront qu’en avril, voire en septembre pour « Change Sings », des odes illustrées pour les plus jeunes.

Ce qui n’a pas empêché les acheteurs de les précommander en masse, si bien que la jeune artiste et militante dépasse désormais Barack Obama, dont les mémoires, « Une Terre promise », ne sont qu’en 5e position dans cette liste de best-sellers.

D’Obama à Malala

L’ancien président a été impressionné par la jeune femme qui, à 22 ans seulement, a récité mercredi avec grâce et une assurance stupéfiante une ode de sa création : « The Hill we climb » (la colline que nous gravissons).

Elle « a fait plus qu’incarner le moment. Les jeunes gens comme elle sont la preuve qu’il y a toujours de la lumière, si nous sommes assez courageux pour la voir. Si nous sommes assez courageux pour être cette lumière », a-t-il tweeté en lui empruntant ses vers.

L’ex-candidate démocrate à la présidentielle Hillary Clinton et même la Nobel de la Paix pakistanaise Malala ont également salué son travail.

En une journée, elle a gagné deux millions d’abonnés sur Instagram et plus d’un million sur Twitter. Ses vers ont même été mis en musique par le musicien Rostam Batmanglij.

Premier prix à 16 ans

Originaire de Los Angeles, élevée par une mère célibataire, elle souffrait de bégaiement dans son enfance – comme le 46e président – ce qui l’a encouragée à se tourner vers l’écriture.

Enfant prodige, elle a remporté son premier prix de poésie à 16 ans, et a été couronnée du titre de « meilleur jeune poète » du pays trois ans plus tard, alors qu’elle étudiait la sociologie à la prestigieuse université Harvard.

 Avant elle, cinq autres poètes, dont Robert Frost et Maya Angelou, ont participé aux cérémonies d’investiture de présidents américains, mais aucun n’était aussi jeune.

Son nom avait été soufflé aux organisateurs de la cérémonie par Jill Biden, l’épouse du président, qui avait assisté à une de ses lectures. Leur commande, passée en décembre : qu’elle rédige une ode à l’« Amérique unie », en écho au discours du démocrate.

Elle n’avait rédigé que la moitié du texte quand des partisans de Donald Trump ont envahi le Capitole le 6 janvier. Horrifiée, elle a écrit d’une seule traite la fin de son poème qui, sans nier les maux du pays, prône l’unité pour avancer. « Nous ne sommes pas une Nation brisée, seulement une Nation pas finie. »

www.nouvelobs.com/joe-biden/20210122

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
1 × 30 =