Halte à la confiscation de la souveraineté populaire ! (PAD)

Le Pacte pour l’Alternative démocratique (PAD) appelle les Algériennes et les Algériens à disqualifier le simulacre électoral du 12 juin par un rejet résolu, pacifique et massif. 

________________________

mercredi 2 juin 2021

COMMUNIQUÉ DU  (PAD)

« Halte à la confiscation de la souveraineté populaire !

Réunies, le 1er juin 2021, les forces du PAD déclarent ce qui suit : 

Le pouvoir s’entête à restaurer le système autoritaire. Affolé par le désaveu des citoyens vis-à-vis du nouveau simulacre électoral du 12 juin prochain, il s’est lancé dans une escalade furieuse de la stratégie de répression mise en œuvre depuis avril 2019, sur fond d’instrumentalisation des appareils sécuritaires, judiciaires et médiatiques. De fait, il interdit les manifestations en leur substituant une occupation policière permanente de la rue. On réprime les marcheurs du hirak et on va jusqu’à inventer, traquer et punir le délit d’intention de manifester. 

Aucune catégorie sociale n’échappe à l’arbitraire et à la violence d’Etat. Des milliers d’interpellations, des centaines de poursuites pénales, des dizaines de condamnations judiciaires sont le palmarès d’une justice aux ordres et d’un appareil sécuritaire voué à la défense des tenants d’un pouvoir illégitime. Après les journalistes, c’est le tour des robes noires. Avec l’emprisonnement de Me Raouf Arslane, avocat de Tebessa, le pouvoir proclame son cruel désir de priver les victimes de son arbitraire de leurs droits à la défense. Désormais, le nombre de détenus d’opinion dépasse les deux cent otages. Faute d’animer une campagne électorale vide de politique par le débat d’idées et de programmes, le régime surpeuple ses prisons. Ultime provocation, cette violence d’Etat caresse l’espoir vain de pousser le hirak à se départir de son pacifisme. 

Un juge attaché à l’exercice légal et indépendant de ses fonctions est radié par un Conseil de la magistrature dont le mandat a expiré depuis plus d’un an. Un procureur récalcitrant est démis de ses fonctions. 

Des associations et des partis sont menacés de dissolution subissant un harcèlement administratif et judiciaire en violation des dispositions de la Loi.

Après avoir échoué à diviser les rangs du peuple par de pseudo différenciations ethniques, le pouvoir use de l’argument terroriste pour jeter l’anathème sur le hirak béni devenu brusquement un levier tombé aux mains d’extrémistes et de forces étrangères. Il est même envisagé d’amender le code pénal pour blacklister, pour terrorisme, des organisations et des individus selon l’humeur des sultans. On veut aller jusqu’à édicter des règles pour régenter l’ouverture des comptes Facebook ou You tube. Toutes les grèves sont déclarées illégales et les travailleurs de l’éducation qui dénoncent les violences subies par leurs collègues dans différentes wilayas sont soumis, à leur tour, à des violences policières. 

Les médias et les réseaux sociaux relaient une campagne de propagande et de calomnies contre tout opposant à l’agenda du pouvoir et à la mascarade du 12 juin.

Le système maffieux paralyse le pays et le plonge dans le marasme économique et social. Toute prise en charge sérieuse de la crise multidimensionnelle, aggravée par les effets de la pandémie de covid-19, est gravement compromise. La communauté algérienne à l’étranger est quasiment interdite de retour dans son pays. Après la menace de déchéance de nationalité, le pouvoir lui inflige des conditions insupportables pour entrer sur le territoire national. La justice et la police des Etats de ses résidences sont enrôlées dans la répression, y compris à l’intérieur des consulats. Et tandis que les uns n’arrivent pas à rentrer en Algérie, d’autres partent toujours plus nombreux et au péril de leur vie, traversant la méditerranée sur des embarcations de fortune. 

Tournant le dos à cette réalité de plus en plus intenable, les clientèles associées au régime se sont engagées dans une course à la curée des dernières ressources du pays.

Loin de démobiliser le peuple algérien, la stratégie du tout répressif et les évolutions géostratégiques de plus en plus incertaines – en particulier à nos frontières- le mettent en alerte et le poussent à se redéployer dans les quartiers et les communes pour continuer d’exprimer pacifiquement son aspiration au changement. 

En faisant de l’échéance du 12 juin un ultimatum, le pouvoir entend exiger du peuple algérien de se résigner au retour à l’ordre ancien. En réalité, il s’est lui-même piégé car il prouve son absence de volonté politique et son incapacité à transcender ses privilèges et accepter le changement démocratique.

Pour l’heure, les forces du PAD réitèrent leurs exigences de libération immédiate de tous les détenus politiques et d’opinion, d’arrêt de la répression et de rétablissement des droits et libertés. 

Face à un pouvoir qui veut en faire une bataille décisive pour sa pérennité, le PAD appelle les Algériennes et les Algériens à disqualifier le simulacre électoral du 12 juin par un rejet résolu, pacifique et massif. C’est là, le meilleur moyen de rapprocher et rendre incontournable l’heure d’une transition démocratique indépendante et d’un processus constituant souverain permettant au peuple d’exercer effectivement sa souveraineté.

C’est là, la seule voie pour préserver l’État national fruit d’une indépendance arrachée et défendue au prix de sacrifices inouïs et pour arracher la démocratie, le pluralisme et l’Etat de droit démocratique contre toute forme de dictature. »

Alger, le 2 juin 2021

Le PAD

__________________________

__________________________

.

VIDÉO:

CLIQUER ICI_ LE PACTE POUR UNE ALTERNATIVE DÉMOCRATIQUE

.

__________________________

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
27 + 5 =