IL Y A 60 ANS, LE 17 OCTOBRE 1961, MASSACRE DE CENTAINES D’ALGÉRIENS À PARIS

DANS LA GUEULE DU LOUP – KATEB YACINE

.

Poème chanté par « Les têtes raides »

CLIQUER ICI POUR ÉCOUTER/VOIR UNE VIDÉO SUR LE POÈME DE KATEB YACINE

Peuple français, tu as tout vu
Oui, tout vu de tes propres yeux.
Tu as vu notre sang couler
Tu as vu la police
Assommer les manifestants
Et les jeter dans la Seine.
La Seine rougissante
N’a pas cessé les jours suivants
De vomir à la face
Du peuple de la Commune
Ces corps martyrisés
Qui rappelaient aux Parisiens
Leurs propres révolutions
Leur propre résistance.
Peuple français, tu as tout vu,
Oui, tout vu de tes propres yeux,
Et maintenant vas-tu parler ?
Et maintenant vas-tu te taire ?

.

______________________________

16 10 2021 _ Sur FB:

Puis:

CLIQUER ICI POUR LIRE LE POADCAST SUR LE POÈME DE K.YACINE DÉDIÉ AU 17.10.2021, « : DANS LA GUEULE DU LOUP »

-Le 17 octobre 1961, le FLN organise une manifestation pacifique pour protester contre le couvre-feu établi le 6 octobre par la préfecture de police de Paris et qui vise exclusivement les Algériens. Des milliers d’Algériens se dirigent vers les Grands Boulevards de la capitale. La répression organisée et ordonnée par Maurice Papon, alors préfet de police de Paris, se poursuit au-delà de la nuit du 17 octobre dans l’enceinte des centres d’internement et fait plusieurs centaines de blessés et de nombreux morts. On jette des morts et des blessés dans la Seine et les médecins légistes créent pour l’occasion une nouvelle terminologie : la « noyade par balles ». 

Le nombre de morts reste à ce jour discuté et les évaluations ont oscillé, entre les décomptes minimaux des rapports officiels qui annoncent 3 morts au lendemain de la manifestation et les estimations des historiens qui font état de plus de 200 morts. Les historiens Jim House et Neil MacMaster soulignent qu’il s’agit dans toute l’histoire contemporaine de l’Europe occidentale de la répression d’Etat la plus violente et la plus meurtrière qu’ait jamais subie une manifestation pacifique. 

Moins d’un an après les événements du 17 octobre 1961, Kateb Yacine publie un poème intitulé « Dans la gueule du loup ». Que nous apprend ce poème sur les événements mais aussi sur le travail de mémoire qu’il reste à faire en Algérie comme en France? Ce podcast explore la richesse évocatrice de ce poème. 

Invités : 

Lia Brozgal, Professor à UCLA et auteure de Absent the Archive. Cultural Traces of a Massacre in Paris. 17 October 1961, Liverpool University Press, 2020. 

Bibliographie : 

Didier Daeninckx et Mako, Octobre noir, Préface de Benjamin Stora, Ad Libris, 2011. 
Jean-Luc Einaudi, La Bataille de Paris. 17 octobre 1961, Seuil, 1991. 
Gilles Manceron « La triple occultation d’un massacre », in Marcel Péju et Paulette Péju, Le 17 octobre des Algériens, Editions La Découverte, 2011. 

Musique : 

Zik Zitoune, On a appris à nager (2017) (avec l’aimable autorisation des artistes) 

Réalisation : Yassine Bouzar 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
1 × 13 =