Je suis révolté

Cliquer ici pour lire in Algeria Watch

Je suis révolté contre les carnages des populations libanaise et palestinienne que perpétuent impunément les hordes barbares de l’Etat hébreu. Je suis indigné au-delà des mots contre l’injustice que subit toute la population d’un pays indépendant, le Liban, du fait de l’Etat juif, mais aussi celle des populations palestiniennes pour avoir voté démocratiquement (avec certification occidentale). Je suis révolté par la solidarité directe ou tacite des pays occidentaux aux terroristes israéliens. Je suis révolté par la lâcheté sans fin de nombre de dirigeants corrompus de pays arabes avec à leur tête ceux d’Arabie Saoudite, premier des soutiens traditionnels à la politique impérialiste étasunienne. Je suis révolté par tant d’hypocrisie de nos amis politiques anticolonialistes français de gôche. Je suis révolté par le silence médiatique français complice, hormis deux ou trois exceptions, qui se contente d’énumérer les cadavres arabes sans analyser dans le fond la genèse du conflit Israélo- » Arabe  » et de ce qu’à long terme Israël vise dans la région. Ces mêmes médias qui s’empressent de commémorer en moyenne une fois par semaine (cela peut aisément se vérifier) à tour de rôle, tel ou tel événement lié à la seconde guerre mondiale  » afin que nul n’oublie  » faisant ainsi obstacle à quiconque s’aventurerait dans la critique de l’Etat colonial sioniste, au nom d’un passé encore inexpurgé. Je suis révolté par ma propre impuissance. Nous sommes très nombreux aujourd’hui à nous sentir par la force des choses très proches du Hizb-Allah libanais et plus encore dans le monde à penser que cette incommensurable injustice faite aux populations du Sud et notamment depuis un demi-siècle aux palestiniens ne peut demeurer indéfiniment impunie. Nous exprimons notre révolte par la plume ou par des marches, mais une minorité elle, radicale, nourrie par un désespoir quotidien plongera à coup sûr, dans les bras de Ben Laden et de ses émules, jusqu’au-delà de la mort et sans discernement car pense-t-elle, telle est l’unique issue à l’injustice de l’Occident. Alors seulement celui-ci se posera de nouveau La question :  » mais pourquoi ?  » Comme en 2001.

Ahmed HANIFI, formateur. Marseille, le 20 juillet 2006.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
24 + 3 =