Anne Sylvestre

CLIQUER ICI POUR ÉCOUTER ANNE SYLVESTRE

On l’appelait Anne, elle habitait Paris. Elle écrivait des chansons et les chantait munie de ses seules voix et guitare. Lorsque j’ai débarqué, tout jeune, à Paris, au milieu des années 70, c’est elle, et d’autres bien sûr, qui m’a fait aimer cette France, la sienne et celle de Tachan, de Ferré, de Moustaki, de Béranger et d’Arlette et Alain aussi à leur manière à Presles, à la Courneuve ou à Paris même. On a tort d’ignorer (quelle bêtise !) cette partie importante de la France faite de bonté, d’amour, de générosité. Cette partie de la France si proche des peuples du sud. Anne et les autres étaient mon autre pays, celui qui m’a accueilli. Ils étaient ma France. J’avais vingt ans et le cœur rempli de ressentiment et de pleurs. Anne et les autres nous invitaient à leurs tables et estrades que nous n’avons jamais désertées. La table des luttes de l’amitié, de la fraternité. Certes il y eut des hauts et des bas. Anne est restée dans nos cœurs, comme Tachan, Ferré et les autres, avec, le temps aidant des relectures imposées par les expériences individuelles et globales, mais le socle est toujours là, vivace. Je me souviens du concert qu’Anne Sylvestre avait donné au cœur de Levallois-Perret, juste en face du « Grand Bazar » (place Henri Barbusse, aujourd’hui grand marché couvert) où j’avais été embauché à temps partiel (pour cause d’études). Je venais d’arriver d’un pays qu’un dictateur barbelait à tout va. Je buvais ses paroles, tout autour de moi c’étaient sourires de bienvenu : José, Fernand, Mustapha, Catherine L. et Catherine P, Anne (une autre), Katherine D. et Alain (un autre), Denis et Lisbeth. Je ne vous oublierai pas. Vous m’avez tous accueilli les bras grands ouverts. Cette France-là que vous portiez est aussi la mienne. Aujourd’hui Anne n’est plus. Elle est partie avant-hier lundi 30 novembre. Elle avait 86 ans.

« Je n’ai plus personne à Paris
L’un après l’autre ils sont partis
Partis de corps ou bien de cœur
Partis se faire aimer ailleurs
Et c’est dommage »

———–

Je n’ai plus personne à Paris

Je n’ai plus personne à Paris (2 fois)
Je croyais avoir des amis
Oui, de ceux que ne déracine
Aucun orage

Je n’ai plus personne à Paris
L’un après l’autre ils sont partis
Partis de corps ou bien de cœur
Partis se faire aimer ailleurs
Et c’est dommage

Qu’ils aient laissé ce vide en moi
Et tout ce froid

Tant va l’ami, tant va l’amour
Tant vont les nuits, tant vont les jours
Qu’à peine les a-t-on connus
Qu’à peine les a-t-on tenus


À peine avait-on commencé
De les faire coïncider
Avec ses rêves, avec sa vie
Qu’il faut, avant d’avoir servi,
Plier la nappe

Je n’ai plus personne à Paris (2 fois)
Moi, j’aimais tant les inviter
L’un après l’une ont déserté
Vers d’autres tables
Qui leur servira ces repas
Que sans eux, je ne ferai pas ?
Et ma tendresse, avec mes vins
Resteront à vieillir en vain
Inconsolables
De n’avoir pas su leur donner
Goût de rester

Tant sont tissés de tous nos jours
Que le moindre de nos détours
Nous fait perdre un ami, souvent
Et ce n’est jamais le suivant
Qui le remplace

Et l’on apprend, avec le temps,
À faire taire en soi l’enfant
Qui, pour qu’on veuille l’écouter,
Aimait partager son goûter
Après la classe

Je n’ai plus personne à Paris
Et je crois que j’ai bien compris
Je garde mes chagrins pour moi
Et je crois, je crois cette fois
Bien être adulte

De vous, je n’attendrai plus rien

Mais si vous trouvez le chemin
Qui vous ramènerait chez moi
Il est possible que la joie
Qui en résulte
Emplisse les rues de Paris
Me rende quelqu’un à Paris

www.parolesnet


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 + 27 =