Débâcles

Canal Algérie Youssef SAIAH Expression livre Mardi 01 nov 2016. Poésie avec Ahmed HANIFI

Débâcles- Éditions Incipit en W – Miramas, 11, 2016

C

À la mémoire de Bendjelida Senouci

« Si mois avec la lune et jours avec le soleil cheminent dans l’éternité, alors les années qui passent sont comme un voyageur. Celui qui va à la rencontre de la vieillesse en faisant flotter sa vie sur une barque, en tirant le mors d’un cheval, fait de chaque jour un voyage, il fait du voyage sa demeure. » Bashô

Les cigales

Elles arrivent par grappes entières,

Une et deux et trois…

Libérées enfin de l’obscurité.

Elles enchanteront le monde des ciels d’azur

Et des mers laiteuses,

Le temps d’une saison

D’une vie,

En se gavant de la sève


Des oliviers de Mare Nostrum,

Surtout pas de mouches ni de vermisseaux.


Elles sont les cigales.

J’en ai entendu quelques-unes ce matin.

Félicité et plaisir nous invitent à l’indulgence.

*

Embryon

D’un seul trait, elle m’a fendu comme un dard

Ou en quelques secondes chrono.

Une lave ai-je pensé, abattu.

Liquide, mais acérée comme l’éperon du cheval

Elle s’est répandue dans mon être, ardente,

Usinant ma résistance, s’en souciant comme d’un fétu.

Rage et désespoir ma fille devant ce fleuve de douleurs.

Stérile bourgeon, si loin de la vie.

*

Nouvel An

Mille myriades d’étincelles éblouiront les cœurs au Soir venu

Chaque point cardinal de chaque rose des vents

Pétillera de ses mille feux à fatiguer des heures durant la nuit ténue

Qui ira le cœur joyeux s’éteindre de nouveau devant l’Astre levant

Bénis soient ceux dont la génuflexion exalte notre humilité.

*

Napoli

Napoli, disent-ils.

Je ne te vois pas

Ne te crois pas

Tu n’es qu’abstraction à l’horizon

Le terme du voyage.

Napoli, disent-ils

Je te devine là-bas

Mon cœur est serré, mais serein

Impitoyable temps

Qui émonde mon chemin

L’abrège.

Napoli, disent-ils.

Rassurée par la faux

Qui tremble en toi

S’impatiente,

Tu souris.

Napoli, disent-ils

Me voilà à Mori

Sans épitaphe,

Glacé d’éternité

Au pied d’un cyprès

À la porte du Ciel.

Ilawiir.

*

L’homme qui marche

Entre les nervures des frêles feuilles

De mon éphéméride,

L’onctueuse encre

De ma conscience

A tracé des signes

Verdâtres, blets ou irisés

Que le granulaire miroir

De ma mémoire

A depuis longtemps invalidés.

Traces puériles, stériles, vaines

Qu’une tempête de sable ou d’humeur

Un jour, une nuit,

Dispersera hors du temps.

Poussière.

*

Ceux de Mimoun

Des rideaux de sable chaloupent en ce matin finissant

Dans le ciel de la ville qu’ils colorent.

La ville de ceux des croyants, de Mimoun l’ancêtre

Dernier aïeul de Tadmaït et de Tazegart

De Tahataït et d’Aghlad.

Dans un même élan

Les corps et les esprits seront bientôt 

Gagnés par l’inertie

Et l’assourdissant silence du verbe.

Trente-cinq à l’ombre des palmiers.

Au loin, dans un effort ailé

Les derniers Traquets se retireront.

Là-bas, la rose des sables et les dunes,

Dunes et dunes encore figurant

Bien après les foggaras, la Palmeraie,

Bien après la blanche Sebkha

Là-bas à l’horizon

La rose des sables et le Grand Erg éternel,

Veillent.

Ils seront, le soir venu, appelés à la rescousse

Par le chant reconnaissant d’Ahellil

Jamal Ahellil

Ceux de Mimoun

Écrasés par le mutisme des mémoires

En colère pourtant.

Épaule contre épaule,

Lemserreh et Taguerabt,

Bengri et Tamja.

Et les qarqabous, les qarqabous.

Ici des maisons de crépis rouge carmin

Et des lauriers roses hors d’eau,

Sont cernés par le Chergui, le sable ou le néant.

En contrebas de la Hamada

De Tin-Ziri à At-Saïd

Les jardins résistent.

À l’ombre de la tonnelle de roseaux blêmes,

Croisés aux branches desséchées des palmiers,

Les thés rouges attendent que leur destin

Les libère des verres insensibles qui mal les étreignent.

Comme hier et comme demain,

À Aghlad et à Ighzer,

À Timimoun.

*

Bou-Sfer

Odeur marine,

Tapis d’algues et de mousse

Sur les récifs.

Éclats de lumières

Jardins de Keukenhof

Mosquée de Mara e Sharif

Et toiles gauguines réunis.

Rouge, vert, bleu, violet du spectre

Brume sous le soleil

Savez-vous…

L’île de Paloma à dix lieues

Paonne au milieu des eaux hésitantes,

Dans le silence de ses cuisines, Martinez est englué.

Veille de premier mai.

Flonflons et slogans de la syndicale

Un air vicié du passé frémit un instant.

Chaluts, etc.

Le saviez-vous ?

Courses aux anchois, bonites, calamars,

Dorades et espadons.

Le frisson

Du grand poisson de Heredia

Échappe à la nasse du comptable

Qui tremble ‘‘combien, combien ?’’

Une vedette traverse le cadre de la véranda

Ou la fenêtre ouverte de Moderato cantabile.

Le bruit de son moteur

Emporte le chant et les ailes déployées

D’un goéland argenté.

Le soleil a dissipé la brume

Les récifs émergent enfin.

De cette terre-là je suis,

Vous le savez.

*

Galerie 

Ils tournent en rond

Brassent de l’air

Bousculent leurs semblables

S’étouffent, suffoquent

Dans la galerie.

Ils font fi des règles

Élémentaires

Feux tricolores.

Machines à tuer

Karsan ou Coaster

Tous les sens uniques

Mènent où tu veux

À Rome, à la bourse ou au ciel

Loi du plus fort, du plus rusé,

Pas même de la jungle.

Vulgarité.

Capharnaüm.

Ils courent,

Montres de chez Kitsch au poignet

Mauvais goût et obscénité encore

Brasser du vent toujours

Intimider ses frères.

Et ils courent, courent.

Recherchent la boussole, la banque

Où l’asile

Dans la galerie.

‘‘Time is money’’

Abriter ses neurones aux pieds

Du bazar.

Temps irrespirable

Et monnaie de singe.

Contre mon silence, mes ritournelles,

Ils me promettent le paradis

Sous les tapis contrefaits de Taïwan

Ou de l’autre Orient

Dans la galerie, songerie.

Sous le ciel généreux

Les cœurs sont démontés

C’est Aladin et Disneyland

À mille lieues de Hikmet

D’Aïtmatov ou de Ben-Karriou,

De Gibran ou de Qabbani.

Ils ont défiguré, violé ma galerie.

Transformer ma songerie

Est leur horizon

Le i qu’ils planteront après l’s de ma songerie

Ne sera pas de Queneau.

Il achèvera ma Galerie, ma songerie,

Dans l’oued asséché de Rob’ el Khali.

*

Débâcle

Bien assis sans nulle façon,         

Serrés, rêvassant de combines   

Sur la balustrade ils affinent     

Leurs décisions les six garçons. 

Vers la Montagne des lions*    

Leurs familles font triste mine   

De la plage de Aïn Franine         

Ils iront sans bénédiction          

Se glisser dans l’embarcation      

La tête pleine d’Argentines      

Avec le soleil qui décline       

Le regard fixant l’horizon           

Harraga est leur nouveau nom     

Et la mer de glace assassine       

Les engloutira sous nos ruines     

Les écrans du monde offriront     

Six larmes à leur disparition         

Six larmes à leurs tombes marines 

Lucarnes de croco chagrines         

Miroirs de tous les abandons.         

* Montagne des lions : montagne à l’est d’Oran

Aïn Franine : village côtier en contrebas de la montagne des lions.

Harraga : « brûleurs » de frontières. Clandestins ou sans-papiers en devenir.

*

Le voyageur de Caspar

Sous le rocher, à tes pieds,

Le temps a posé

Au-delà de l’océan du possible,

La voie dont tu n’emprunteras

Que des débris.

Où vas-tu ?

Plaines et montagnes,

À l’infini lactescent du ciel,

S’amalgament

Depuis la première nuit.

D’où viens-tu ?

Nul ne te le demande.

Fruit de tribulations cosmiques,

Peut-être.

L’inconnue ne comblera pas ton impatience.

Elle te happera au vol

À l’heure qu’elle jugera venue,

Au sommet de ton faîte

Ou dans la vague.

Qu’es-tu ?

*

Leurre

Dans les labyrinthes d’immeubles

Bariolés

Une multitude d’existences

Et autant d’abandons

‘‘Notre métier c’est d’aider les entreprises

à vendre leurs produits…

À chaque palier

De ce désert vertical

Des espoirs s’accrochent,

…Or pour qu’un message publicitaire soit perçu,

il faut que le cerveau du téléspectateur soit disponible…

Silencieux

Au bouillonnement univoque

Des écrans plats.

…Le rendre disponible, le divertir, le détendre

pour le préparer entre deux messages…

Si elles avaient la certitude

Ferme

Qu’ils n’étaient pas qu’une ombre insensible,

…Ce que nous vendons aux entreprises, c’est du temps de cerveau humain disponible…

Mais rien n’est plus difficile que d’obtenir cette disponibilité.’’

Si elles avaient la certitude

Ferme

Qu’ils n’étaient pas qu’un leurre,

Un trompe-l’œil impénétrable,

Les solitudes les éventreraient

Pour mettre bas l’Autre.

*

Apothème

Entre le murmure des mots et la rumeur de

La mer, l’ancien enfant des deux

Montagnes-phares, trace

Des suppliques qu’il adressera aux

Lions de la ville

Et au mausolée de

Santa Cruz au terme de la dernière aube :

Érigez à la source blanche, sur

Ma terre,

Demeure des aïeux, la géographie de mon

Éternelle épitaphe. 

*

Trop-plein

Suspendus aux exigences de mes semblables,

Les tourments et les joies qui m’assiègent,

Embellissent ou déforment

Le profil des mots qu’ils conquièrent

Pour les libérer afin qu’eux-mêmes

M’affranchissent du trop-plein

De vacuité ou d’excès,

L’une et l’autre en équilibre

Sur le triangle d’un fil ténu

Tendu entre le bord de ma mémoire rétive,

L’abîme et la cime du monde.

*

L’automne déjà ?

Désormais mon soleil rafraîchit son visage à l’eau de mer. Qu’il est loin le chant du coq…celui-là même qui m’a ouvert au monde et m’y a mis. Les saisons dansaient autour de mes insouciances, et mes rêves insensés froissaient les cloisons jusqu’aux plus sophistiquées. ‘‘Larguez les amarres !’’ s’exclamaient les marins des mers et des océans aux hommes arrimés à leurs certitudes, servitudes. À leurs misères.

Je les ai bien écoutés et le moment propice un jour, alors que le printemps de nouveau parsemait ses robes versicolores et emplissait nos îlots de ses effluves enivrants, j’ai attendu que l’obscurité s’installe pour envelopper l’amertume, le conformisme et tous les ismes et umes à ma portée – ils ont longtemps brûlé le sel de mon corps à mon corps défendant – dans un manteau que j’ai mis en bière et jeté par-dessus bord, pas comme une bouteille qui dit autre chose, qui crie ‘‘j’arrive !’’ mais pour m’en délester définitivement. J’avais vingt ans, mon éternité tenaillait tous les enfers. La veille j’avais craché sur les poids et mesures de la Balance et toutes les lâchetés. Adieu aussi aux amitiés asséchées, décharnées ! ‘‘A nous deux liberté !’’

Il fallut manœuvrer et s’armer de patience. Voilà que l’horizon n’était plus qu’une ligne du large, dépassée. L’envers de l’enfer n’était pas l’endroit du paradis. Que de couleuvres avais-je eu à avaler ! Dans les berges d’Amsterdam, des matelots ivres et des femmes-accordéons m’ont lancé des frites belges et j’ai fermé les yeux. Dans mon dos innocent, des index tapageurs pointaient mon intrusion. Avaler des danses et des boas, n’est-ce pas le lot de notre humanité ?

Plus tard, dans d’autres contrées où l’atmosphère se parait de bienveillance, j’ai frôlé la fierté de montagnes souvent inaccessibles. Au pied de l’astre bleu des beaux jours, j’ai fait des rencontres inattendues. J’ai déambulé dans les banlieues de la vie à la recherche d’audaces à assouvir et une langue pour m’y noyer corps et plume. Des danses il y en eut d’autres, de toutes sortes, jusqu’à la torride Turku, jusqu’aux aurores boréales. Aux quatre points cardinaux, sans crier gare, les clepsydres se chargeaient d’écouler les émois du monde en perpétuel équilibre incertain. Ils s’écoulèrent et s’écrouleront, percés par la Flèche.

Les souvenirs paralysent ma mémoire dans leur inévitable conversion.

L’aurore que j’avais longtemps soumise à mes caprices ne m’a pas toujours été fidèle non plus. Aujourd’hui le ciel se couvre un peu plus. Des orages obscurs s’amoncellent alentour sur les aubes et les hommes de ma génération. Mon soleil se farde de rouge et le questionnement aporétique égrène prestement les saisons qui ne cessent de virevolter dans un monde engoncé dans une profonde dépravation. N’est-ce pas déjà l’annonce du seuil d’un intime et banal automne ?

*

Ligne d’arrivée

Les rais du jour peu à peu s’évanouissent

Dans le soir qui se déploie.

L’ombre absorbe la lumière

Qui l’ensorcellera de la même manière

Le moment recommencé.

Les tics et les tacs sont épuisés

Les aiguilles ont le tournis

Fatiguées de battre la mesure

Et la pendule s’impatiente.

Le cœur est en peine

Frissonne et s’interroge

Franchir la ligne d’arrivée

Une porte qui s’ouvre ou une interrogation réitérée

Qui tombe et file à la traîne des mystérieuses étoiles dans le ciel

Dans l’indifférente palpitation de la nuit.

_______ Lire 2° partie in « Aubuscule »_______

Les cigales : Miramas, juin 2014

Embryon : Fos-sur-Mer, décembre 2014

Nouvel An : Marseille, décembre 2014

Napoli : Miramas, janvier 2015

L’homme qui marche : Provence, février 2015

Ceux de Mimoun : Timimoun, avril 2015

Bou-Sfer : Bou-Sfer, avril 2015

Galerie : Oran, avril 2015.

Débâcle : Oran, avril 2015

Le voyageur de Caspar : Provence, mai 2015

Leurre : Provence, mai 2015

Apothème : Provence, juin 2015

Trop-plein : Provence, juin 2015

L’automne déjà ? : Miramas, juillet 2015

Ligne d’arrivée : Alger Agha, novembre 2015

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
23 × 13 =