Algérie : Ce sont deux époques qui se confrontent, deux mondes

Par José Garçon ( Le Monde.fr – 18.12.2019)

Tribune. Le face-à-face est vertigineux. Depuis dix mois, ce ne sont pas un pouvoir et une opposition qui se confrontent en Algérie mais deux époques, deux mondes. Le premier se confond avec le haut commandement d’une armée qui dirige le pays depuis l’indépendance, en 1962. Habité par une vision archaïque, bureaucratique et sécuritaire, retranché dans ses villas et ses voitures blindées, il est totalement déconnecté du second : la majorité d’une société et une jeunesse ouverte sur le monde, résolument ancrée dans le XXIe siècle.

Le dynamisme et la créativité de la contestation, le hirak (le « mouvement »), sont, en effet, à l’opposé de l’immobilisme d’un système qui régente le pays selon une logique qui ne vise qu’à durer, quel qu’en soit le prix. Un dessein qui se décline en trois impératifs : dissimuler la nature militaire du régime derrière une façade présidentielle civile ; édifier une économie de rente au bénéfice de la nomenklatura et de sa clientèle ; neutraliser, fragmenter et isoler un peuple que le régime méprise et craint tout à la fois.

Dès lors, il tente toujours de parer au plus urgent, de réagir pour restaurer le statu quo – au lieu d’agir –, et de gagner du temps en trouvant des palliatifs mais jamais de solutions, y compris économiques, répondant à la gravité de la situation. C’est ce modus operandi qui a prévalu dans l’obstination de l’état-major à imposer un scrutin présidentiel rejeté par des centaines de milliers d’Algériens dans tout le pays. Une cécité politique qui pousse le commandement militaire à recourir, lors de chaque crise, aux mêmes expédients : simulacre d’« ouverture », instauration de la peur, organisation de la confusion par la diffusion de rumeurs contradictoires, manipulations tous azimuts, désignation d’un « ennemi intérieur » ou tentatives de dresser Arabes contre Kabyles, vieille tradition remontant à la guerre de libération.

L’armée seule face à la société

Du coup, tout, dans la campagne qui a abouti à l’élection d’Abdelmadjid Tebboune, aura eu un furieux air d’années 1970. A commencer par Ahmed Gaïd Salah, le chef d’état-major et décideur en chef, rabâchant le répertoire inoxydable des autocrates arabes aux abois : théorie du « chaos », « ingérence étrangère » et « complot », pendant que le ministre de l’intérieur traitait les opposants au vote de « traîtres, pervers, mercenaires, homosexuels inféodés aux colonialistes » ! Et que dire du refus de visas à plusieurs médias étrangers à l’ère d’Internet et des réseaux sociaux ?

Autre raccourci saisissant de ce divorce entre deux univers : l’occupation des rues par une foule joyeuse pendant que de longs clips patriotiques précédaient un « débat » mortifère, sans échanges ni contradicteurs, entre cinq candidats interchangeables adoubés par le système. Les condamnations à de lourdes peines de prison d’un aréopage d’hommes d’affaires et politiques sont tout aussi significatives. Relevant avant tout d’un règlement de comptes au sommet, cette pseudo-opération anticorruption visait à offrir des têtes aux Algériens pour les inciter à voter. L’étalage des dizaines de milliards de dinars détournés, volés ou blanchis, les aura surtout convaincus que le régime tout entier est pourri et qu’il faut en finir avec lui !

Arc-bouté sur ses privilèges, le régime imaginait-il que son acharnement à diviser et à casser l’opposition finirait par le laisser, un jour, seul face à sa hantise : une société remettant radicalement en cause sa domination par le boycott massif d’une présidentielle destinée à replâtrer le système. Avec un slogan – « Si notre voix faisait la différence, ils ne nous auraient pas laissés voter » – et une blague – « Quel est le candidat du pouvoir ? » « C’est l’élection » – qui en disent long sur la lucidité des Algériens.

Le régime comprend-t-il qu’en concédant toujours trop peu et trop tard, il n’a cessé de réduire son espace de négociation ? Perçoit-il qu’à force d’« amputations » dans le sérail pour cause de féroces luttes de clans, le consensus interne qui assurait sa pérennité durant des décennies a vécu, au moment même où une révolte se transformait en insurrection citoyenne massive ?

Révision déchirante ou le pire

Mouvement horizontal drainant classes moyennes et populaires, très connecté, urbain, jeune, avec une forte participation de femmes et transcendant les idéologies, le Hirak est un exemple de révolution qui perdure dans son pacifisme et sa détermination. Organisé quartier par quartier, il recrée du lien social par le bas et suscite un élan collectif dans un pays fracturé. On peut bien sûr regretter ses insuffisances. D’abord, le refus de désigner des représentants (mais peut-on faire émerger ex nihilo des hommes providentiels ?).

Ensuite, son manque de méthode pour passer à l’étape suivante. On peut aussi s’interroger sur ses divergences et son caractère hétéroclite, comme sur son absence de propositions – même si plusieurs acteurs proches du mouvement ont formulé des idées pour une sortie de crise. Le Hirak n’en demeure pas moins une force de pression, une sorte de « sentinelle démocratique ». Quels que soient les aléas de la mobilisation, il ne disparaîtra pas et restera une école de formation d’une nouvelle classe politique.

Le régime aurait donc tort de croire que le mouvement finira par s’accommoder de l’alternance clanique, qu’il présente comme un « changement » et qui ne réglera rien. Ou de banaliser un abstentionnisme qui, cette fois, ne relève pas de l’indifférence habituelle du corps électoral mais de son refus catégorique.

Cette différence est fondamentale. Elle montre qu’il ne suffira pas à Abdelmadjid Tebboune d’afficher promesses et bonnes intentions – voire de chercher à diviser le Hirak en impliquant dans son gouvernement des personnalités qui lui sont proches – pour convaincre qu’il n’est pas le énième représentant civil du pouvoir militaire. Une chose est sûre : la désintégration d’institutions à bout de souffle a laissé le système ouvertement adossé à sa seule colonne vertébrale, l’armée.

Dès lors, la question est de savoir si le commandement militaire peut encore changer de logiciel et renoncer à sa domination, au lieu de toujours considérer que résoudre ses propres problèmes, c’est régler ceux de l’Algérie. L’Etat-major renoncera-t-il au double pouvoir qu’il a instauré et qui a rendu le pays ingouvernable : l’un réel − le sien -, l’autre illusoire – celui du président ? Assumera-t-il enfin ses responsabilités en ne s’opposant pas à une négociation ? Ou croira-t-il pouvoir éviter la révision déchirante qui s’impose depuis si longtemps en jouant le pire : une radicalisation du Hirak ou une répression plus forte ? Cela ne pourrait conduire qu’à une déflagration désastreuse. Y compris pour la propre cohésion de l’armée.

Par José Garçon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
6 × 16 =