Guerre en Ukraine

unric.org

le 29 avril 2022
L’invasion russe, réactions de l’ONU

La Russie a lancé dans la nuit du 23 au 24 février 2022 une offensive militaire sur l’Ukraine. L’ONU considère que cette attaque est une violation de l’intégrité du territoire et de la souveraineté de l’Ukraine. Elle est contraire aux principes de la Charte des Nations Unies.
Les principes de la Charte des Nations Unies ne peuvent être appliqués de manière sélective. Les Etats Membres les ont tous acceptés et ils doivent les appliquer tous.
Le Secrétaire général de l’ONU nomme le 25 février Amin Awad au poste de Coordonnateur des Nations Unies pour la crise en Ukraine.
Le procureur de la Cour pénale internationale ouvre une enquête pour crimes de guerres et crimes contre l’humanité le 28 février.
Le 2 mars, l’Assemblée générale adopte une résolution déplorant « l’agression » commise par la Russie contre l’Ukraine (141 voix pour, 5 contre et 35 abstentions).
Le Conseil des droits de l’homme de l’ONU adopte le 4 mars une résolution appelant au retrait « rapide et vérifiable » des troupes russes et des groupes armés soutenus par la Russie de la totalité du territoire de l’Ukraine.
Le Conseil des droits de l’homme décide le 5 mars d’établir d’urgence une commission d’enquête internationale indépendante chargée d’enquêter sur toutes les violations présumées des droits de l’homme dans le contexte de l’agression de la Fédération de Russie contre l’Ukraine.
La Cour internationale de justice ordonne le 16 mars à la Russie de suspendre immédiatement ses opérations militaires en Ukraine.
Le 24 mars, l’Assemblée générale des Nations Unies adopte une résolution sur les conséquences humanitaires de la guerre en Ukraine, dans laquelle elle exige un arrêt « immédiat » des hostilités par la Russie contre l’Ukraine (140 voix pour, 5 contre et 38 abstentions).
Le Secrétaire général de l’ONU annonce le 28 mars qu’il chargeait le chef de l’humanitaire des Nations Unies d’explorer immédiatement avec les parties concernées les accords et arrangements possibles pour un cessez-le-feu humanitaire en Ukraine.
Les Nations Unies nomment le 30 mars trois experts des droits de l’homme devant mener une enquête sur d’éventuelles violations du droit international commises pendant le conflit en Ukraine.
La cheffe des droits de l’homme de l’ONU s’est dite « horrifiée », lundi 4 avril, par les images des corps gisant dans la ville ukrainienne de Boutcha, découverts après le retrait des troupes russes, évoquant de « possibles crimes de guerre et atteintes graves au droit international ».
Le Président ukrainien, invité à s’exprimer devant le Conseil de sécurité le 5 avril, met le Conseil au défi soit de faire sortir la fédération de Russie du Conseil de sécurité afin qu’elle ne puisse plus bloquer les décisions prises au sujet de sa propre agression, soit de simplement se « dissoudre complètement ». Lire
L’Assemblée générale adopte le 7 avril une résolution par laquelle elle suspend la Russie du Conseil des droits de l’homme.
Mardi 26 avril, le Secrétaire général de l’ONU rencontre à Moscou le Président Poutine et le ministre russe des affaires étrangères.

Des communiqués onusiens comme celui-ci, il y en eu beaucoup….. suivis de silences lourds s’agissant d’autres contrées, du Sud.

_____________________________________________________________________________

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
18 − 4 =